La poule naine fait partie des nouveaux animaux de compagnie qui animent les jardins.
L’hygiène du poulailler est essentielle afin d’éviter le développement de certaines maladies.

La poule reste sujette à des infestations par des parasites externes, des soucis de picage et parfois des troubles digestifs qui peuvent avoir des répercussions importantes. Aussi est-il bon de connaître les signes d’alerte de ces diverses infestations afin de mieux les contrôler mais aussi d’avoir en-tête les moyens de les prévenir.


1. La coccidiose, une maladie digestive très présente chez les poules


Les coccidioses sont les maladies parasitaires les plus fréquentes chez les volailles, elles engendrent des troubles digestifs importants (diarrhées intenses) et un amaigrissement.

La multiplication sexuée des coccidies aboutit aux œufs fécondés ou dits aussi des « ookystes », rejetés dans l’intestin puis dans le milieu extérieur : c’est la forme de résistance des coccidies dans l’environnement. Ces ookystes sont très résistants à la plupart des désinfectants ainsi qu’aux conditions environnementales.

Aussi en termes d’hygiène, il faudra retirer la paille souillée par les fientes régulièrement afin d’éviter que des contaminations bactériennes surviennent dans un second temps et que les coccidies prolifèrent. Attention de ne pas stocker la paille souillée aux abords des poulaillers.

Bien entendu le lavage avec un jet haute pression, le nettoyage puis ensuite l’utilisation d’une solution de désinfection des poulaillers et clapiers permettront de prévenir l’apparition de maladies.


2. Le stress ou l’ennui peut engendrer du picage des plumes



Le picage est un souci assez fréquent observé par les propriétaires de poules. Les signes du picage sont simples à identifier : des poules s’arrachent les plumes parfois même jusqu’au sang, d’autres piquent du bec sur la tête des autres poules présentes dans leur environnement direct, d’autres encore peuvent aller jusqu’à se picorer le cloaque.

Le picage peut être lié à l’ennui, à une promiscuité trop importante entre les poules mais aussi à une nervosité liée à la présence de poux broyeurs (différents des poux rouges). Ces poux dits aussi « poux mallophages » occasionnent des plaies sur la peau qui engendrent des démangeaisons importantes et provoquent fatigue et stress chez la poule et cela peut aussi attirer d’autres poules qui viennent opérer du picage chez la poule atteinte.

Le picage hiérarchique est fréquent et est lié à la mise en place d’une hiérarchie entre poules lors d’introduction d’une nouvelle poule dans le jardin ou lors de présence de diverses poules. S’il dégénère et qu’une poule est blessée, il sera conseillé de l’isoler quelque temps.

Le picage peut être limité en enrichissant l’environnement (herbe en bonne quantité, eau de boisson propre, alimentation mieux équilibrée) et en respectant bien l’espace vital nécessaire à chaque gallinacé (limiter la trop forte promiscuité des poules entre elles).


3. Les parasites externes des poules : les puces et les poux rouges



Les poux rouges (Dermanyssus gallinae) sont des acariens fréquents attirés par l’humidité, le manque de ventilation et les points chauds. Les puces et poux rouges se nourrissent de sang sur les poules et engendrent de fortes démangeaisons voire des tâches rouges sur tout le corps (pétéchies). Les poux rouges peuvent aussi transmettre des maladies virales et bactériennes comme la salmonellose.

Les poules infestées présentent alors des signes tels que nervosité, irritations, pâleur des crêtes et des barbillons, chute de la ponte et aspect cassant et ébouriffé du plumage.
Leur lutte est difficile, aussi est-il hautement conseillé de prévenir les infestations grâce à une bonne hygiène de l’environnement (nettoyage, désinfection, changement de la litière) et utilisation d’un assainissant de l’environnement et d’un traitement insectifuge adapté aux poules. Il est conseillé d’enlever le garde-manger et de dépoussiérer régulièrement l’habitat des poules avec un aspirateur puis de passer ensuite un acaricide.


Pour conclure, suivre des règles d’hygiène et de désinfection des lieux de vie des poules (poulaillers ou clapiers) est essentiel pour éviter les troubles de santé les plus fréquents des poules. L’enrichissement de l’eau de boisson des animaux de basse-cour peut aussi aider à prévenir ces soucis de santé et optimiser le bien-être de nos gallinacés de compagnie.


Retrouvez tous nos produits expert pour les poules et les poulaillers ici