L'Interview d'un Dr Vétérinaire Canin

Dr Jean-Claude Jestin
Clinique Les Islandais
Paimpol (22)

 



Bonjour Dr Jean-Claude Jestin,

Vous êtes docteur vétérinaire canin à Paimpol dans les Côtes d’Armor en Bretagne. Nous aimerions aborder avec vous les conseils que vous donnez  aux propriétaires de chiens et chats pour traiter efficacement leur animal contre les puces.

1. Pourquoi protéger un chien et un chat contre les puces tout au long de l’année ? Faut-il maintenir un traitement en hiver ?

La puce est le parasite le plus fréquent chez le chien, avec les tiques.
Environ 50% des chiens sont infestés par des puces d’avril à octobre et environ 20% resteront infestés pendant tout l’hiver. Donc il faut maintenir un traitement même en hiver car le risque d’infestation, même s’il est plus faible qu’aux beaux jours reste néanmoins présent.

2. Quels sont les signes d’infestations par les puces sur un chien et un chat en-dehors des traditionnelles démangeaisons ?

Lors de son repas de sang, la puce rejette de la salive qui peut être à l’origine d’une allergie chez certains chiens et peut causer chez des chiens très sensibles des dépilations sur tout le corps et des plaques rouges sur la peau. Si le chien se lèche pour soulager ses démangeaisons, des surinfections bactériennes peuvent survenir. Cette allergie est la maladie de peau la plus fréquente chez le chien : la Dermatite Allergique aux Piqûres de Puces dite aussi D.A.P.P. Chez les chats allergiques, une dermite miliaire peut survenir (petites croûtes ressemblant à des grains de mil).

3. Pourquoi traiter, en plus du traitement de l’animal, la maison contre les puces ?

C’est la puce femelle qui se nourrit de sang sur votre chien, ce qui lui permet de pondre ses œufs dans la maison. Ces œufs peuvent résister pendant plus de 6 mois sous une forme de résistance appelée pupe et se maintenir en état de dormance entre les lamelles des parquets, sous les plinthes, dans les zones d’érosion des carrelages…Lorsque la lumière revient, la chaleur augmente et des vibrations ont lieu sur les sols, le tout combiné au retour d’animaux à parasiter, les pupes éclosent en puces adultes et les infestations reprennent. C’est un cycle infernal ! D’où l’importance de traiter la maison avec un produit acaricide et insecticide adapté.

4. Les puces visibles sur mon animal résument-elles l’infestation globale par les puces ?

Hélas non ! Les puces que l’on peut observer sur le chien et le chat sont des puces adultes qui ne représentent que 5% de l’infestation, c’est la partie émergée de l’iceberg. 95% des puces sont invisibles à l’œil nu et sont en cours de développement dans la maison sous forme d’œufs, de larves et de pupes. D’où l’importance de bien traiter la maison avec un produit adapté.

5. Pourquoi retirer au plus vite les tiques fixées sur la peau d’un animal ?

Il existe trois espèces de tiques en France mais certaines peuvent transmettre une maladie dénommée « piroplasmose ». Les piroplasmes (petits parasites protozoaires transmis par la tique lors de son repas de sang) détruisent les globules rouges du chien qu’ils parasitent ce qui peut conduire à une anémie sévère voire la mort.


D’où l’importance de retirer une tique moins de 36 heures après sa fixation pour éviter le risque de transmission de piroplasmes.


6. Peut-on retirer une tique avec de l’éther ?

Ce n’est pas conseillé et à éviter à tout prix !

En effet, la tique est ancrée dans la peau des chiens et chats par son rostre afin de prendre son repas de sang. Quand on applique de l’éther sur la tique, cela favorise le relargage de piroplasmes dans la circulation sanguine de l’animal porteur de tiques.


Il est plutôt conseillé d’utiliser une pince à tiques et de dévisser la tique en tournant dans le sens horaire des aiguilles d’une montre.

7. Quel type de traitement antiparasitaire conseillez-vous pour lutter contre puces et tiques en particulier ?

Je conseille de protéger l’animal contre les puces avec un antiparasitaire externe actif contre tous les stades de développement des puces (œufs, larves et adultes) voire d’opter pour un antiparasitaire qui agit pour lutter contre les puces et les tiques. Plusieurs types de présentations existent de nos jours : comprimés, colliers ou pipettes. Attention de ne pas appliquer un produit antipuces/antitiques pour chien sur un chat car la perméthrine est toxique pour le chat.

8. Comment appliquer correctement une pipette sur la peau d’un chien ?

En règle générale, pour des chiens de petite taille (moins de 10 kg), la pipette s’applique en un seul point à la base du cou du chien; pour les grands chiens, il est souvent recommandé de verser le contenu de la pipette en 3 à 4 points le long du dos du chien.

Pour les chats, les présentations sont adaptées au poids des chats concernés afin d’appliquer la pipette en une seul point entre les deux omoplates afin que le chat ne puisse pas lécher le produit.

9. Quand appliquer la pipette par rapport au bain de l’animal ?

Il ne faut pas appliquer une pipette antiparasitaire moins de 48 heures après le bain et ne pas laver le chien ou le chat avant 48 heures après son application.

 Le principe récent du traitement par comprimé permet de s’affranchir de ces limitations, notamment si on a affaire à un chien de chasse ou qui se baigne souvent.

10. Que conseillez-vous en complément du traitement antiparasitaire des chiens et des chats quand ils sont infestés de puces ?

La puce peut héberger dans son tube digestif des vers digestifs (Dipylidium caninum). Quand le chat et le chien se lèchent le pelage pour soulager leurs démangeaisons aux piqûres de puces, ils peuvent s’infester par ces vers digestifs. Aussi, je conseille aux propriétaires de vérifier que leur animal est correctement vermifugé, d’autant plus s’il est infesté de puces.